Stress et organes digestifs

Avec nos vies à 1000 km/h, le stress devient de plus en plus présent dans nos vies, et nous joue des tours sur notre santé ...


Dégradation de nos capacités digestives


L’un des premiers effets du stress est de réduire nos enzymes digestives. Le foie, le pancréas produisent leurs propres enzymes digestives, le reste doit être apporté par une alimentation riche en légumes et en fruits crus ou cuits à température douce (en dessous de 45°C). L’appauvrissement des enzymes digestives réduit les capacités d’absorption de notre organisme. Les nutriments sont moins bien absorbés, à la longue la fatigue s’installe.


Des maladies inflammatoires de l’intestin


Lorsque l’on est stressé, les amygdales déclenchent des réactions pour préparer l’organisme à agir (originellement cela permettait de produire suffisamment de sucre pour pouvoir fuir). Ces réactions ralentissent la digestion dans l’estomac et le transit dans l’intestin grêle alors que les sécrétions du colon sont stimulées. Au fil du temps, la répétition de ces réactions provoque des dysfonctionnements au niveau de l’intestin favorisant l’apparition de maladies inflammatoires telles que :


• le syndrome de l’intestin irritable
• le reflux gastro-œsophagien
• l’ulcère gastro duodénal


Modification de notre comportement


Le stress affecte également notre comportement à table :
• mastication insuffisante,
• modification de notre alimentation (tendance à choisir des plats gras ou sucrés, voire à consommer de l’alcool)…
• perte des repères en matière de satiété : perte d’appétit ou au contraire surconsommation, grignotage…


Comment réduire le stress ?


Afin de maintenir un niveau de stress bas, quelques réflexes peuvent être adoptés :
 respirer profondément apporte un soulagement immédiat : réguler sa respiration en inspirant et expirant profondément apporte le volume d’oxygène dont le corps a réellement besoin, détend les muscles respiratoires et abdominaux.
 bouger : l’activité physique (la marche, le vélo, la natation ou la pratique d’un sport en club pour ceux qui se sentent capables) permet de réduire les tensions physiques et psychologiques.
 choisir une alimentation riche en fruits et légumes et en céréales complètes,car ils abaissent naturellement la pression artérielle.
 éliminer les pensées négatives : relativiser et garder confiance dans sa capacité à résoudre les problèmes. Plutôt que d’imaginer le pire se dire « quoiqu’il arrive je vais savoir faire face à la situation ! »
 mieux gérer son temps : planifier et estimer le temps réel de chaque tâche (prévoir e 20% de plus, une petite marge bien utile pour pour faire face aux imprévus)
 prendre soin de soi :
 prendre au minimum 40 minutes de pause pour les repas (si possible)
 s’accorder minimum 7 heures de sommeil par nuit,
 réserver du temps, au minimum 1/2 journée par semaine, pour faire une activité de loisirs,
 préserver une vie sociale



Source : Méthode Laurand